LA TROUSSE D'URGENCE

Dr. N. Izouar

I ) Principes généraux

Bien qu‘il n’existe aucune disposition légale définissant les moyens dont doit disposer le médecin face à l’urgence," le médecin doit tout mettre en œuvre pour donner à son patient des soins attentifs, consciencieux et éclairés, conformes aux données actuelles de la science" (code de déontologie)

Pour être efficace, l’organisation de la trousse d’urgence doit répondre à certains impératifs :

  • simplicité d’emploi
     

  • facilité de transport
     

  • contenu facilement repérable et accessible
     

  • choix de médicaments connus, présentant le minimum d’effets secondaires et de risques, et dont on connaît bien les contre-indications
     

  • être régulièrement entretenue en remplaçant les produits utilisés et en renouvelant les produits périmés
     

  • respect des règles de conservation des produits lesquels peuvent être altérés par :

  1. la température : la conservation doit se faire autant que possible entre 15 et 25°, l‘idéal serait d’utiliser une mallette ou coffret isotherme dans les régions chaudes
     

  2. la lumière (ex : adrénaline altérée par la lumière)
     

  3. l’humidité
     

  4. les vibrations

  • Il est conseillé de relever sur une feuille annexe la date de péremption, et la posologie des médicaments. Tous les médicaments devraient être renouvelés au moins une fois par an, même si leur date de péremption n’est pas atteinte, les ampoules deux fois par an dans les régions tempérées.

II) Contenu d'une trousse d'urgence

    a) Matériel

           Non consommable :

  • stéthoscope

  • tensiomètre

  • otoscope

  • marteau à réflexes

  • support lumineux

  • thermomètres

  • garrots

  • électrocardiographe

  • canules de Guedel

  • trousse à sutures (pince, ciseaux porte aiguille)

  • lecteur de glycémie

           Consommable :

  • abaisse-langues

  • paires de gants stériles

  • compresses stériles

  • pansements

  • fils

  • lames de bistouri

  • un jeu de champs stériles

  • sparadrap

  • 2 cathéters intra-veineux G16 G14

  • une épicrânienne.

  • perfuseurs à 3 voies

  • un jeu de seringues stériles à usage unique

  • un jeu d’aiguilles pour injection IV, IM, S/C

  • un antiseptique et des tampons alcoolisés

  • des bandes à gaze

  • flacons pour prélèvements sanguin et bactério

  • peak flow (débimètre de pointe)

  • sonde nasale à oxygène

  • 2 sondes urinaires G16 G14 +

  • bandelette urinaires + gel anesthésiant pour sondage

  • bandelettes à glycémie

  • attelles gonflables ou rigides pour la contention

  • des tampons nasaux pour épistaxis

  • sonde gastrique + seringue 50ml

  • spéculums vaginaux jetables

           Autre matériel utile

  • chambre d'inhalation

  • oxygène + masques

  • trousse pour accouchements (rural)

    b) Médicaments

    Urgences cardio-vasculaires

    • Adrénaline 0,25 et 1 mg /ml

    • Atropine 0.25 et 0.5 mg/ml

    • Lasilix 20mg/ml

    • Cédilanide 0.4 /2ml

    • Aspirine injectable 0.5g et per os

    • HBPM (ex : Fraxiparine)

    • Heptamyl

    • Trinitrine (Natispray)

    Urgences respiratoires

    • B mimétiques : Ventoline spray - Bricanyl S/C

    • Corticoïdes : Solumedrol (20mg, 40mg, 120mg), Célestène 4 et 8mg

    Urgences en gastro-entérologie

    • antiemétique (Primpéran injectable)

    • antidiarrhéique (Immodiun en gélules)

    • antiH2 en injectable (ex :Azantac)

Urgence neuro-psychiatrique

  • anticonvulsivants : Diazépam (Valium°) : amp 10mg/2ml + canule rectale ou à défaut Hypnovel

  • anxiété : Lysanxia en sublingual

  • états d'agitation : Equanil injectable, Dogmatil inj., largactil inj.

Douleurs

  • Imigran

  • Spasfon° IV ...

  • Viscéralgine forte° (Perfusion IV lente)

  • Profenid° IV/IM

  • Pro-Dafalgan°

  • Morphine et dérivés

Urgence Ophtalmo

  • Novésine (antalgique)

  • Fluorescéine (diagnostic)

  • Antiglaucomateux (Pilocarpine)

Urgence ORL

  • Kit pour mèche nasale

  • Coalgan

Urgence Infectieuse

  • Rocephine

Autres

  • Glucosé 30% et glucagons (pour hypoglycémie)

  • Naloxone 0.4mg/ml (antidote de morphine)

  • Lidocaine 2% pour anesthésie, et 100mg/5 ml pour troubles du rythme cardiaque

  • Solutions pour perfusion : glucosé 5%, Salé iso, Plasmion

    c) Documents

Ordonnances - Enveloppes 

  • Répertoire téléphonique avec les numéros des services d'urgences hospitaliers, de correspondants spécialistes, Protection Civile, Police secours, Gendarmerie, Sapeurs pompiers, Centre antipoison

  • Documents aide-mémoire : manuels d`urgences, guide des médicaments.


COMMENTAIRES:

Face à l'urgence, l'idéal est de disposer de tous les moyens nécessaires pour faire face à la détresse du malade et de savoir les utiliser. Cependant, la plupart des médecins avouent ne pas disposer d'une trousse performante, et ce pour plusieurs raisons: coût du matériel, manque de formation à la manipulation de certains produits...
  

La trousse d'urgence décrite ci dessus est une trousse idéale, plus ou moins complète dont on doit disposer dans certaines conditions (campagnes éloignées, expéditions en montagne, dans le désert etc.). 

  
Elle doit être adaptée et complétée en fonction des conditions d'exercice (disposer de sérum anti-scorpionique dans la campagne, de sérum anti-venin de serpent dans le désert...).
  
En pratique de ville individuelle, la proximité de centres hospitaliers peut permettre de différer certains gestes, d'où la tendance à négliger certaines composantes de la trousse.
  
Cependant, il est du devoir de chacun de s'équiper au mieux pour faire face dans les meilleures conditions aux situations les plus courantes (douleurs, vomissements, accidents coronariens, hémorragies etc.), et aux situations plus ou moins prévisibles (ex : un choc anaphylactique) et d'adapter sa trousse à la réalité de son exercice. C'est une obligation morale pour le médecin, mais aussi une obligation légale, bien que le contenu de cette dernière soit difficile à définir avec précision pour le médecin généraliste libéral.